Accueil > culture > L’univers des volatiles

L’univers des volatiles

mardi 29 décembre 2009

Dans la nature, les perroquets, comme touts les autres animaux, vivent en liberté. Mais en milieu urbain, il leur faut irrémédiablement un habitat circonscrit.

C’est habitat est une cage pour perroquet. Et, pour que votre ami ailé ne se sente pas prisonnier en votre compagnie, demandez celles de colony-perroquet. De plus, cette équipe d’amoureux de la nature vous offre également plusieurs autres accessoires, ainsi que l’alimentation de votre perroquet. Alors n’hésitez plus…Colony-perroquet, plus que des amis pour vos oiseaux, des partenaires pour que vous vous sentiez épaulé !

JPEG - 31.7 ko
colony-perroquet

Le monde des oiseaux

S’il est vrai que très peu d’indications renseignent sur la date exacte de l’apparition des oiseaux sur notre planète, le plus vieux spécimen remonte néanmoins au jurassique moyen avec l’Archæoptéryx. Pour certains, leurs ancêtre seraient des reptiles, pour d’autres, ils descendraient d’un sous-groupe de dinosaures, les théropodes, qui peuplaient la planète il y a 200 millions d’années. Depuis, plus de 1.5 millions d’espèce ont vu le jour et se déplace gaiement d’un continent à un autre.

Portant, même s’ils talonnent de près l’Archæoptéryx, les oiseaux que nous connaissons ressemble beaucoup plus à ceux d’il y a 130 millions d’années ; les plus connus sont Hesperornis et Ichtyornis, découverts dans le nord de l’Amérique. Ces spécimens ont la spécificité d’avoir des dents, à l’instar de l’Archæoptéryx et des autres théropodes. Mais l’ Hesperornis était plus un plongeur se nourrissant de poisson qu’un véritable maître des airs, alors que l’Ichtyornis volait sans difficulté. C’est grâce à leurs clavicules en forme de U que les oiseaux se déplacent dans les aires.

Le cycle annuel des oiseaux est axé autour de 3 grands évènements : la formation du couple, la reproduction et la mue. Chez les oiseaux migrateurs, ce schéma change au vue de l’alternance des saisons, notamment celle du printemps qui marque le départ, pour l’hiver, vers d’autres régions et l’automne qui se caractérise par des séjours plus ou moins longs.

D’autre part, la rencontre des partenaires et leur choix mutuel se font à la faveur des parades nuptiales effectuées soit par le mâle, soit par les deux partenaires. Ces rites plus ou moins compliqués servent à attiser l’activité sexuelle des oiseaux, à éloigner les concurrents ainsi qu’à signaler que le territoire est occupé par la couple. Il est vrai que durant la période de reproduction, nombre d’oiseaux doivent défendre un territoire représentant une surface plus ou moins grande comme par exemple 9 000 ha pour l’aigle royal, et qu’ils ne tolèrent pas qu’un autre individu y vienne pour élever sa nichée. Au printemps, l’allongement de la durée des jours entraine la réactivation des glandes sexuelles qui, ajoutée la présence d’un partenaire potentiel, influent fortement sur le comportement des oiseaux.

Mais ce schéma n’est valable que pour les oiseaux de l’hémisphère nord, ceux du sud serait plutôt influés par l’alternance des saisons sèches et humides, même si cette incidence sur leur activité sexuelle n’est pas encore sûre. De plus, la formation des couples ne se fait pas toujours au printemps dans l’hémisphère nord ; par exemple, les couples de canards se forment pendant l’hiver.

Dans la même rubrique


Contact |