Accueil > Economie > Le marché du jouet : bilan d’un secteur en mutation

Le marché du jouet : bilan d’un secteur en mutation

mardi 29 janvier 2013

Le secteur du jouet français a connu une belle progression durant les dernières semaines de décembre. On enregistre des recettes s’élevant à plus de 635 millions d’euros.

Le marché du jouet en perte de vitesse

En 2011, elles s’élevaient à 555 millions d’euros, une augmentation satisfaisante pour un secteur en perte de vitesse. Malgré tout, le marché du jouet termine l’année en légère baisse, le mois de décembre n’ayant pu combler totalement le retard pris durant l’année. On enregistre alors un chiffre d’affaires pour 2012 d’environ 3,175 milliards d’euros, soit une baisse de 2% par rapport à l’année précédente. Ces résultats nous montrent que les Français ont favorisé les achats de “dernière minute”, espérant obtenir des ristournes intéressantes. En effet, les promotions faites sur les jouets représentent une partie importante des ventes en France, environ le quart.
Les résultats français ne sont, cependant, pas une exception. Cette tendance se généralise à l’ensemble de l’Europe. Seule l’Allemagne enregistre un rebond de 3%.

La tablette : nouvelle tendance sur le marché du jouet

Le produit phare de Noël 2012 fut, sans conteste, la tablette électronique pour enfants. En effet, malgré un prix relativement cher (200 euros environ), celles-ci ont conquis les enfants, et les parents, qui voient dans cet instrument un moyen éducatif d’occuper leur progéniture. Ce qui inquiète en partie les grands fabricants de jouets. Bien qu’ils s’adaptent à la demande et proposent aujourd’hui des tablettes interactives pour enfants, ils s’inquiètent du désintérêt pour les jouets “classiques” : la tablette devant alors proposer des activités de plus en plus variées. La perte de vitesse du secteur du jouet s’explique aussi par la sortie de plus en plus rapide des enfants du marché du jouet.

Fermeture d’usines : où se retrouvent les machines ?

La Chine, grand producteur de jouet pour les marques américaines, Mattel et Disney notamment, a d’ailleurs dû mettre les clés sous la porte par manque de dynamisme du marché. Et ce n’est pas un cas isolé. Dans le sud de la Chine, une myriade d’usines a dû fermer boutique. D’ailleurs, il est assez courant de croiser des presses à injecter d’occasion suite à de telles fermetures. C’est le cas pour lesthermoformeuses d’occasion par exemple et beaucoup d’autres machines d’occasion.

Dans la même rubrique


Contact |