Accueil > culture > Le magicien et son public

Le magicien et son public

lundi 4 janvier 2010

On dit souvent au théâtre que la comédie est manquée quand le public n’a pas de talent. Doit-on voir dans cette formule un appel implicite à la générosité du public ? On le pense.

Si cette générosité est moins sujette à caution que celle par exemple du magicien Bretagne, on comprendra qu’elle ne puisse se répandre que sous certaines conditions. On comprendra aussi qu’elle soit attendue par l’artiste comme sa nourriture ou son véritable salaire.
C’est elle qui le consacre.

« Comment sont-ils ce soir ? »

Il n’est point à Paris, de Théâtre, de Cabaret, point de Music-Hall où l’on n’entende poser cette question insidieuse en coulisse . Le magicien Paris tend l’oreille à la salle, on l’interroge, en lui prend le pouls. A chaque soir son public. Lorsqu’il y a accord entre la salle et le plateau, on répond qu’ils sont bons. L’acteur est heureux, il est à l’aise dans sa peau.

C’est un bon soir. Mais si le courant de sympathie ne parvient pas à s’établir, si le magicien ne sent pas son public, on dit que le public est mauvais. On leur en veut de la tristesse du soir.

La générosité du public est à la fois l’expression de ce talent que le comédien , on entends ici l’illusionniste, alloue au public et l’attribution gracieuse que le spectateur fait à son artiste . Mais le public ne se donne que si l’acteur se dépasse. On peut comparer ce dernier à un acrobate sur un fil tendu, il risque à tout instant de se rompre le cou. Il tient le public en éveil, il force son admiration. Il en appelle à sa participation. Le talent du public, ou sa générosité, est à la mesure de la performance de l’artiste. Il est suspendu à son art, à sa tricherie, à ses procédés et à ses trucs, au savant équilibre du geste et de la parole, à sa présence aussi et à son magnétisme.

Il dépend du magicien pour enfants ou du magicien close-up et autres que le public ait du talent.

Toutes conditions qui, le soir où elles ne parviennent point à s’accorder, font chuter l’acteur. C’est le soir maudit où le public se refuse, où la comédie est manquée.

Le talent du public, enfin, est le retour fait à l’artiste de son art. L’illusion entrevue dans le regard d’un spectateur, le mystère contenu dans le silence ou le frémissement de la salle, la vue du miracle qui apparaît dans le crépitement des applaudissements à l’instant crucial où la magie s’impose. Il faut faire passer le merveilleux en dépit de la technique. Eviter le risque du découragement devant l’illusion manquée et forcer à gagner l’adhésion du spectateur à priori méfiant.

Dans la même rubrique


Contact |