Accueil > Finance > Investir dans l’achat d’un bois, pourquoi pas

Investir dans l’achat d’un bois, pourquoi pas

mardi 26 mars 2013

Notez avant toute acquisition d’une parcelle de bois qu’il n’est pas si facile d’en assurer la gestion. Néanmoins, bien administré, cela permet d’avoir plus d’héritage en termes de terres et d’avoir accès à des diminutions de fiscalité.

Acheter une forêt, oui mais dans quel but ?

L’obtention d’un bois s’appréhende sur le long terme. C’est une acquisition fiable qui donne la possibilité de diversifier ses biens et de percevoir un peu de sous. Il est aussi possible d’obtenir une diminution fiscale en rapport à l’impôt sur la fortune.

Comment acheter une partie de bosquet ou de forêt ?

Vous pouvez en premier lieu obtenir une surface de forêt directement en contactant un office notarial ou une SAFER. Vous aurez alors un rendement situé entre 2 et 4% annuellement.

La deuxième solution est encore plus accessible puisqu’il vous suffit de contacter un Groupement Foncier Forestier. Grâce à celui-ci, vous obtiendrez des parts de forêt au sein d’une société et vous rejoindrez par conséquent un groupement d’investisseurs.

On constate que le GFF rapporte moins qu’une obtention réalisée directement auprès d’une SAFER. Cependant, l’argent à déposer peut être bien moindre et il n’y a pas à administrer la parcelle achetée. Par ailleurs, l’exploitation des parts en question vous donnera la possibilité de gagner un revenu non négligeable.

Quels avantages fiscaux lors de l’acquisition d’un bois

Le régime fiscal lié à l’investissement de forêt demeure le plus gros avantage. En 2012, une adhésion à un Groupement Foncier Forestier permettait de profiter d’une baisse de l’impôt sur la fortune de la moitié des finances engagées et d’un abattement des droits successoraux de l’ordre de 75% si vous possédiez le bosquet depuis au minimum deux ans au moment de votre décès.

Vos bénéfices ne se limitaient pas qu’à cela puisqu’en ne revendant pas les parts durant 8 ans, vous pouviez bénéficier d’une diminution de l’imposition de votre salaire allant jusqu’à près de 6000 euros de l’argent investi soit 18% des sommes engagées dans un GFF. Si ce délai n’était pas respecté, vous auriez néanmoins dû vous acquitter de cette remise.

Vous voulez en savoir plus sur le régime fiscal qui encadre vos investissements dans l’optique d’une succession ? Generali vous donne la possibilité de bénéficier des bénéfices de l’assurance vie pour la succession, mode de placement toujours en vogue.

Dans la même rubrique


Contact |