Accueil > actualités > L’héritage Infernal de Charles Trenet

L’héritage Infernal de Charles Trenet

vendredi 1er mai 2015

Comme un écho à la chanson du grand Charles disparu il y a près de quinze ans, « L’héritage infernal », le legs de l’artiste continue à faire couler beaucoup d’encre et à susciter de nombreuses interrogations.

Tout commence à la disparition du chanteur en 2001. A l’ouverture du testament laissé par celui que l’on a surnommé le « fou chantant », un seul nom est mentionné pour hériter du patrimoine, Georges El Assidi.

Droits d’auteur, comptes en banque, des propriétés situées dans le Sud de la France et divers objets et bibelots de valeur sont légués à son secrétaire particulier, Georges El Assidi.

Georges El Assidi n’est pas précisément ce qu’on peut appeler quelqu’un d’économe et les biens de Charles Trenet ne tardent pas à filer dans des plaisirs aussi coûteux que les voitures de luxe ou dans des restaurants 5 étoiles.

Une nombreuse « cour » d’amis vient également prêter main-forte et profite largement du pécule hérité de Charles Trenet.

Mais en 2008, la famille de Trenet refait surface. Lucienne Trenet, demi-sœur de l’artiste et Wulfran Trenet, son neveu, dépose plainte contre Georges El Assidi.
Lucienne et Wulfran accusent Georges El Assidi d’avoir extorqué le testament de Charles Trenet et contraint celui-ci à lui léguer ses biens par la force.

A cette plainte se joint celle de Michel Paradis, un chanteur canadien qui prétend être le fils caché de Trenet, que ce dernier aurait eu avec une chanteuse du nom de Lise Roy.

Outre les assertions de la famille Trenet et une ressemblance effective de Michel Paradis avec le grand Charles, personne ne dispose dans ses accusations de l’ombre d’une preuve.

Lucienne et Wulfran Trenet seront déboutés par la justice à deux reprises, puis une troisième fois en septembre 2011 pour Lucienne Trenet seule, qui écope en plus d’une condamnation et doit verser 10 000 euros de dommages et intérêts à Georges El Assidi.

Mais l’histoire de l’héritage de Charles Trenet ne s’arrête pas là.
Parallèlement à cette affaire portée devant les tribunaux, Georges El Assidi se retrouve perclus de dettes.

Son train de vie princier le conduit à chercher une solution pour protéger ce qui reste de l’héritage de Charles Trenet. Cette solution viendra d’une société danoise, NEST A/S à laquelle il confiera le patrimoine reçu en héritage.

Mais seulement un an après en 2007, il assigne NEST A/S en justice. Il accuse la société danoise de l’avoir spolié de son argent et réclame réparation.

La procédure dure encore aujourd’hui et devrait connaitre un nouveau rebondissement dans les jours qui viennent.

Une histoire à suivre donc…

Dans la même rubrique


Contact |