Accueil > politique > L’ambiance sereine de la campagne électorale en Tunisie

L’ambiance sereine de la campagne électorale en Tunisie

vendredi 14 octobre 2011

AVERTISSEMENT : Texte à lire, de préférence, à jeun

Tapi dans l’ombre, Guetteur de Lune* scrutait l’obscurité de ses petits yeux de malin à qui on ne la fait pas. Il en avait déjà repéré un, caché sous la grille de l’égout à l’angle de la rue.

L’autre, était probablement recroquevillé à l’intérieur de la grande poubelle là-bas où Hamma, le gargotier venait de déverser ses déchets de la nuit avant de fermer boutique pour la nuit. Guetteur de Lune risqua un coup d’œil furtif sur la rue. Tout était calme en dehors de cet ivrogne qui dégurgitait sa ration quotidienne de bière et qui se remplissait la panse de choses non identifiables non loin de la benne à ordure où se cachait le troisième larron.

Deux heures plus tard le sommeil commença à plomber les paupières de Guetteur de Lune. Stoïque, il ne bougea, toujours, pas. Le quidam de la benne fut le premier à se manifester. Il souleva prudemment le couvercle et après s’être assuré que tout allait bien il quitta sa cachette dégoulinant de choses innommables. Il respira un bon coup et se dirigea, en titubant vers le mur où il entreprit de déchirer les affichettes collées dans les rectangles aux bords noirs ; n’en laissant qu’une seule. Il jeta des regards furtifs autour de lui, scruta longuement l’ivrogne qui ronflait, couché sur ses vomis, puis disparut comme s’il n’avait jamais existé. Dix minutes plus tard la grille de l’égout se soulèva sans bruit et une brute épaisse apparut tel un zombie sorti de nulle part.

Sans aucune précaution, il se dirigea vers le mur et se mit aussitôt à déchirer méticuleusement la dernière affiche avec ses griffes acérées avant de sortir d’un sac en plastique un tas d’affichettes qu’il se mit en devoir de coller sur tous les rectangles disponibles y compris sur la benne à ordure et sur le dos de l’ivrogne. Un puissant jet de crachat noir accompagna triomphalement la fin de son labeur. C’est sa signature dans les moments euphoriques. Il marcha lourdement vers la bouche d’égout où il disparut prenant soin au préalable de remettre la grille en place. Guetteur de Lune ne broncha pas. Dix minutes durant il retint même sa respiration. Brusquement la grille de la bouche d’égout sauta en l’air et le zombie bondit tel un puissant ressort. En une fraction de seconde il était debout dans la rue, ses yeux, tel un gyrophare, scrutaient les environs à 360°.

Rassuré, il se traina de son pas lourd vers sa bouche d’égout et disparut dans les entrailles de la terre. Une lueur de malice brilla dans l’œil gauche de Guetteur de Lune. Il prit soin d’attendre encore une demi-heure et puis il se décida. « Il est temps d’agir » se dit-il, l’aube « pointe déjà à l’horizon ».

Délicatement, il écarta la dépouille nauséabonde du chien pestiférant qui couvrait sa tête et bondit hors du trou qu’il s’était creusé dans le mur qui servait d’urinoir aux habitués du bar du coin. Il était si fier de sa trouvaille au point de déposer avec grand soin sur le corps du chien, les mites, vers et autres bestioles qui restèrent accrochés à son T shirt blanc immaculé. Il sortit de la poche de sa veste sans âge un seau de peinture et entreprit de repeindre soigneusement le mur. Il souffla dessus pour que cela sèche vite et mit un point d’honneur à coller correctement toutes les affiches qui étaient présentes sur le mur et qui appelaient toutes à voter pour « son » Parti. Voila du travail intelligent vite fait et bien fait. Le jour commençait à rougir de honte quand Guetteur de Lune quitta à regret les lieux sans oublier de rendre les dernières bestioles rampant sur son cou à leur propriétaire légitime.

La rue était encore vide quand un môme enragé d’avoir été arraché de son lit douillet par sa marâtre pour aller chercher du pain à ses frères, passa sa colère sur toutes les affichettes les déchirant toutes sans merci et sans en rater aucune.

*Guetteur de Lune est un personnage emblématique du roman d’Arthur C. Clark : 2001 l’odyssée de l’espace.


Contact |