Accueil > actualités > CHU de Grenoble : les urgentistes menacent de plier bagages

CHU de Grenoble : les urgentistes menacent de plier bagages

jeudi 31 janvier 2013

Faute de moyens, les patients du centre hospitalier universitaire de Grenoble sont soumis à des conditions difficiles, "la dignité et la sécurité des malades est en jeu", réclame le Dr Candille.

A bout de nerfs, les médecins des urgences ont envoyé une lettre de protestation aux responsables et ont montré leurs mécontentements.

Les médecins des urgences ont annoncé un délai de moins d’un mois, pour avoir des moyens supplémentaires, sinon, c’est la démission collective.

Faites un comparatif de mutuelles pour évaluer les rapports qualité-prix des meilleures complémentaire santé du moment et assurez-vous un meilleur accès aux soins.

Une maltraitance institutionnelle organisée

Le Dr Clara Candille dit que "Certains malades patientent jusqu’à 48 heures sur des brancards faute de lits …, sans compter les plateaux repas qui doivent alors être rationnés".

« L’équipe médicale est épuisée. On n’en peut plus », préviennent les urgentistes. Dans certain cas, l’hôpital note la présence d’un seul médecin qui doit se débrouiller pour s’occuper de près de 40 patients.

Dans leur lettre, les médecins écrivent « Stop à une maltraitance institutionnelle organisée" surtout que les conditions peuvent changer en ajoutant un médecin supplémentaire, des personnes pour s’occuper du travail administratif et quelques lits pour les patients des urgences.

Une mutuelle hospitalisation propose des remboursements élevés des dépassements d’honoraires des cliniques privées.

Les hôpitaux sont au bord du gouffre financier

En Aout 2012, l’alarme a été sonnée par la FHF (Fédération Hospitalière de France). Les nouvelles règles prudentielles et le démantèlement de Dexia banque (l’un des acteurs principaux du financement des hôpitaux) engendrent une incapacité financière et donc des difficultés d’honorer les charges.

Pour remédier à cette situation, le ministre de l’Economie Pierre Moscovici fait bénéficie la FHF de 3 milliards d’euros débloquées par l’état pour les collectivités.

A cette période, la banque postale a laissée entendre qu’elle sera à partir du 1er semestre de 2013 l’un des acteurs du financement des établissements de santé. Pourvu que cela change la situation actuelle.

La SMAM mutuelle, Covea Risks, April et plusieurs autres permettent de bénéficier des remboursements des frais de santé dès le premier jour d’adhésion.

Dans la même rubrique


Contact |