Accueil > Immobilier > Le prix de l’immobilier français en nette régression

Le prix de l’immobilier français en nette régression

mercredi 25 avril 2012

Le prix de vente des maisons et appartements neufs et anciens apparait à la baisse après avoir connu une hausse ces deux dernières années. Cette réduction est visible partout en France y compris dans les grandes métropoles.

Immobilier : une baisse généralisée des prix

Après avoir affiché une hausse considérable pendant les deux dernières années, le secteur de l’immobilier présente une tendance baissière concernant les prix. C’est ce qu’a révélé une étude récente menée par le réseau Century 21. Une baisse de 2,1 % sur le prix du mètre carré est remarquée dans ce secteur pour le premier trimestre 2012. Selon les données recueillies, ce recul est même estimé à 7 % pour les appartements anciens. Ceci explique pourquoi les investisseurs doivent réaliser un diagnostic plomb ou tout autre Diagnostic Immobilier obligatoire avant la mise en location d’un bien immobilier d’un certain âge. Ces derniers peuvent effectuer des demandes de Devis diagnostics immobiliers sur des sites spécialisés dans ce domaine.

Selon les propos du président de Century 21, Laurent Vimont, ce sont surtout les régions où une forte hausse des tarifs a été relevée que la réduction des prix se fait le plus ressentir. Depuis le mois de janvier, une baisse de 2 % est remarquée dans la région Provence Alpes Côtes d’Azur. D’autres parties de la France comme le Rhône-Alpes, la Basse-Normandie, la Haute-Normandie, le Midi-Pyrénées, le Pays de la Loire et le Poitou-Charentes suivent également la tendance. Ils affichent respectivement une baisse de 5,2 %, de 6,9 %, de 9 %, de 1,6 %, de 9,4 % et de 16,7 %. Même l’île de France est touchée où seul le département de la Seine Saint-Denis résiste encore à la baisse des prix de l’immobilier.

Immobilier parisien, les acheteurs comparent les offres

Le marché immobilier parisien attire aussi bien les investisseurs nationaux qu’étrangers. Si le prix du mètre carré a flambé durant ces dernières années, un tarif plus raisonnable est appliqué depuis quelque temps. Ceci est dû au fait que les acheteurs prennent la peine de comparer les offres avant une acquisition. Ils attendent également que la baisse des prix atteigne les 10 %, ce qui fait que le marché parisien a tendance à stagner. Seules les personnes qui souhaitent se constituer un patrimoine immobilier dans la capitale française restent actives. Le prix de vente d’un logement de petite taille oscille entre 200 000 et 300 000 euros à Paris. Pour une transaction de plus grande envergure, le tarif est évalué entre 300 000 et 2 000 000 d’euros.

Par ailleurs, les acquéreurs se font de plus en plus exigeants. Un bien immobilier qui bénéficie d’un bon emplacement se vend plus rapidement qu’un autre moins bien situé même s’il nécessite quelques travaux. Cette tendance est due au nouvel engouement des Français pour la décoration intérieure. Que ce soit dans le centre-ville ou dans la proche couronne, les acheteurs n’hésitent pas à négocier le prix suggéré par les vendeurs. Pourtant, la plupart des investisseurs optent pour la périphérie en raison du fort rendement qui y est rencontré (entre 3 et 4 %).

Dans la même rubrique


Contact |