Accueil > Finance > Assurance emprunteur et loi Lagarde

Assurance emprunteur et loi Lagarde

mardi 5 août 2014

L’assurance emprunteur est demandée par bon nombre de banque, sans que les emprunteur n’en sachent réellement la raison. Il y a maintenant la possibilité de choisir son assurance ailleurs, profitez en !

Assurance emprunteur et loi Lagarde

Grande réforme de 2010, la loi Lagarde a eu pour objectif de faire jouer la concurrence sur le marché des assurances emprunteur. Aujourd’hui encore, 80% des assurances emprunteur sont vendus par les banques, la loi Lagarde aurait-elle été un échec ou les Français ne se renseignent-ils pas assez ?

Loi Lagarde et libre concurrence

Avant 2010, l’assurance emprunteur proposée par la banque émettrice de crédit provenait généralement de la banque elle-même ou alors d’un assureur avec qui elle avait un partenariat. Aujourd’hui, l’assurance emprunteur peut-être choisie directement par l’emprunteur lui-même, et ce grâce à la loi Lagarde. Pour cela, il suffit qu’ils trouvent une assurance emprunteur présentant des garanties similaires à celles proposées par l’assurance emprunteur de sa banque d’origine.

Loi Lagarde et échec

Le problème de la loi Lagarde a été le manque de communication fait à son sujet. Alors que la loi Lagarde se voulait favorable aux consommateurs, il aurait fallu en entendre parler davantage pour qu’elle soit réellement mise en vigueur et que les consommateurs n’hésitent pas y avoir recours face à leur banquier.

Au lieu de cela, l’effet inverse s’est produit et de nombreuses banques ont décidé de ne pas jouer le jeu en refusant des crédits à ceux prenant une assurance emprunteur ailleurs. Quatre ans plus tard, les banques vendaient encore plus de 80% des assurances emprunteurs. Une libre concurrence bernée par une loi jugée trop faible.

Loi Hamon pour soutenir la loi Lagarde

La loi Hamon a été votée en début d’année et est entrée en vigueur le 26 juillet dernier, assurant un délai de 12 mois aux emprunteurs après avoir signé leur crédit pour trouver une autre assurance emprunteur.

La loi est cette fois bien plus ferme avec les banques puisqu’elles sont obligées d’expliquer leur refus de changement d’assurance emprunteur quand l’emprunteur envoie un recommandé. Si les garanties proposées par la nouvelle assurance emprunteur sont identiques ou meilleures, la banque ne peut donc que difficilement argumenter contre cela.

De même, si une banque ignore le recommandé d’un emprunteur, elle peut alors recevoir une amende de 3 000€. Sachant que l’assurance emprunteur ne rapporte pas des sommes astronomiques et que l’emprunteur pourra tout de même changer pour refus de communication de sa banque, mieux vaut alors que la banque joue carte sur table et laisse l’emprunteur choisir une autre assurance emprunteur.

Dans la même rubrique


Contact |