Accueil > Assurance, mutuelle > Assurance : que faut-il faire en cas de contre-expertise ?

Assurance : que faut-il faire en cas de contre-expertise ?

mercredi 1er mai 2013

L’expert d’assurance est envoyé par l’assureur dans le but d’estimer le montant des dommages matériels causés par un accident.

L’assuré peut ne pas être satisfait par les estimations de l’expert. Dans ce cas, il faut faire appel à un expert d’assuré.

Le rôle de l’expert d’assuré

L’expert d’assuré aura pour rôle de défendre les intérêts de l’assuré en cas de contre-expertise. Il usera de toute son expertise pour augmenter le montant du dédommagement et se chargera de gérer le dossier et les formalités administratives à compter du sinistre jusqu’à la réception de l’indemnisation. Puisque le métier d’expert n’est pas encore réglementer, il est nécessaire de se fier aux connaissances afin de trouver un expert d’assurés qualifié.

Il faut prendre le temps de bien choisir l’expert pour ne pas regretter par la suite, par ailleurs, il faut également éviter de signer un mandat lorsque survient un sinistre grave.

En cas de contre-expertise, l’expert d’assuré peut faire exactement le même diagnostic que l’expert d’assurance. Si tel est le cas, il n’y aura plus de raison de mentionner un litige et c’est l’évaluation faite par l’expert d’assurance qui sera prise en considération.

Le deuxième cas de figure est que les estimations faites par l’expert d’assuré ne concordent pas avec celles faites par l’expert d’assurance. Dans ce cas, un troisième expert sera sollicité par les deux parties dans le but de servir d’arbitrer le litige. Dans les pires des cas, c’est le tribunal qui règlera le litige.

Découvrez le métier d’expert en assurance

Dans la même rubrique


Contact |